† Bienvenue dans le monde de Twilight Destiny †
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les ruines du château d'Imryrr

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Cymoril
Furie originelle
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 33
Localisation : quelque part
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Les ruines du château d'Imryrr   Lun 20 Nov - 16:45

Cymoril descendit de la voiture blanche et claqua la portière. Il lui était impossible de continuer plus loin dans ce vieux tas de ferraille. Le chemin se perdait dans une forêt obscure. Elle s'y engagea sans crainte, se souvenant avec une sombre ironie du guide touristique qui mentionnait les ruines comme une curiosité pittoresque. Elle avait lu également la référence amusée à la terrible légende qui avait hanté les lieux durant des siècles. Les imbéciles, s'ils avaient su...
Elle doutait de toute manière que de nombreux promeneurs soient venus visiter les vestiges d'un modeste manoir mais ces éventuelles intrusions l'irritaient. C'était toujours chez elle.
Le sous-bois n'était pas entretenu non plus et elle dut batailler contre quelques ronces. Non pas qu'elle se souciait des épines mais elle voulait épargner ses habits. En effet, en l'honneur de son premier retour depuis le massacre général, elle avait mis ses plus beaux vêtements, une longue robe blanche telle qu'on la portait à la toute fin du Moyen-Age.
Enfin, elle déboucha là où se dressait jadis son château et retint un soupir désappointé. Il ne restait quasiment rien, à peine quelques pans de mur encore debouts. Inutile de chercher les tombes de sa famille, elle savait qu'elle ne les retrouverait pas. De toute manière, cela valait peut-être mieux.
Elle fit quelques pas puis se décida à retourner à son véhicule. Cela avait été stupide de revenir aussi longtemps après ce qui s'était passé.
- Vous !
Elle se retrouva nez à nez avec un vieux chasseur qui la regardait, les yeux exhorbités, la mâchoire tremblante.
- Vous... vous êtes la sorcière. Ils ont toujours dit que vous reviendriez...
- Qui ? demanda-t-elle sèchement.
- Je... je ne puis vous le dire.
Était-il possible que quelqu'un se souvienne encore ? Et ait guetté son retour ? Mauvaise nouvelle... Jusqu'à présent, elle avait réussi à éviter tout membre d'éventuelles société secrète ou bien ces énigmatiques Chevaliers délétères.
- Qui ? demanda-t-elle encore.
Il ne répondit pas et commença à s'enfuir. Une menace... Ici, elle se souvenait encore des clameurs des paysans qui avaient voulu la tuer. Elle était née comme ça, elle n'avait rien demandé à personne, prenant juste la possibilité de vivre.
Tant pis pour ce vieil homme, de toute manière elle avait faim.
Cymoril se transforma.
Plus tard, elle regagna sa voiture et quitta la Normandie, prenant la direction de Paris. Il n'y avait que dans les grandes villes qu'on était sûr de pouvoir se perdre.

Suite...


Dernière édition par le Mar 27 Mar - 12:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morio Toki
Schiff meurtrier - Psychiatriquement internable
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 30
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Mer 22 Nov - 0:43

Parmi ces ruines, Morio avait établi son campement depuis fort longtemps. L'étrange rumeur qui faisait état qu'une sorcière aurait vécu ou vivait en ces lieux attirait de temps à autres d'intrépides aventuriers dont Morio se faisait le plaisir de se délecter. Avant de commettre ses crimes attroces, il ne pouvait s'empêcher de rire de la stupidité des humains. Comment faisaient-ils pour croire en ces histoires?!
Enfin..., il aimait également penser qu'avant de mourir, ces gens auraient au moins connu le frisson qu'ils recherchaient avec autant d'ardeur. En effet, un Schiff mort de faim était beaucoup plus terrifiant qu'une horde de sorcières!

Ce soir là cependant, une personne différente avait pénétré sur "ses terres". Tapis dans un coin de la demeure, Morio ouvrit les yeux...


*Deux... Ils sont deux... Celle-ci est différente...*

Se dirigeant avec hâte vers l'endroit où se trouvait les deux intrus, Morio finit par s'arrêter à quelques mètres d'eux, caché à travers un épais buisson. Devant lui se tenait une très belle jeune femme. Le Schiff se voyait d'ailleurs déjà en train d'arracher les vêtements de la demoiselle avant de planter ses crocs dans sa chair.

"Oui... Je prendrai du temps avant de te vider de ton sang, héhé..."

Néanmoins, Morio Toki calma bien vite ses fantasmes quand Cymoril se transforma devant lui en bête hideuse et décapita le vieu chasseur. Plus incroyable encore à ses yeux, elle s'était ensuite abreuvé du sang de l'humain... Pourtant, elle n'était pas une schiff... Alors quoi?
Morio ignorait encore qu'il existait d'autres races de Chiroptéras que la sienne. C'est pourquoi, il fut intrigué au plus haut point par Cymoril qui pouvait apparemment se transformer à volonté.
Ainsi, lorsqu'elle eut fini sa funestre tâche et qu'elle fut remonté à l'intérieur de son véhicule, Morio se précipita vers les ruines du château...
Tandis que la voiture de la jeune femme quittait la propriété, un vrombrissement résonnait à travers la forêt.
Peu de temps après, Morio quittait à son tour la propriété sur sa moto et prit la même direction que la voiture...


*Une cible intéressante...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cymoril
Furie originelle
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 33
Localisation : quelque part
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Dim 21 Oct - 6:28

Cymoril était enfin de retour chez elle après ses pérégrinations dans la capitale sinistre. Et mieux, elle y était avec son bien-aimé, Faust.
Le voyage de retour n'avait pas pris tant de temps que ça, Paris n'était guère éloigné de la Normandie. Ils avaient même eu le temps de se changer. Cymoril, pour sa part, avait choisi une tenue discrète, un jean et un pull noir avec un col roulé. Ce n'était plus le moment d'attirer l'attention sur eux. Ils avaient disparu du monde et entendaient bien le rester.
À présent, ils se promenaient dans les ruines et Cymoril expliquait à Faust ce qu'avait été la demeure :
- Ici se situait la chapelle. Là, c'était la cour du manoir et là, le donjon. Il y avait aussi un mur d'enceinte mais il n'en reste plus rien. Oh, et là, c'était les logements des serviteurs.
Ils entrèrent dans le donjon, le bâtiment qui était le moins endommagé. C'est-à-dire qu'il restait encore quelques pans de murs encore debout.
- Et là, c'était la grande salle où nous soupions avec nos gens. Mon père et ma mère recevaient souvent des troubadours et des jongleurs de passage...
Elle se raidit soudain au souvenir du barde qui avait déclenché le massacre de sa famille en la vidant de son sang. Si cet Originel était toujours vivant, elle espérait bien pouvoir croiser sa route un jour et le réduire en charpie sanguinolente. Le sang se mit à battre plus fort à ses tempes tandis qu'une sorte de fureur prenait possession d'elle. Elle regarda Faust et se calma soudain. Non, assez de ces humeurs belliqueuses. Ils étaient là pour vivre heureux, à l'abri de tous. Il fallait qu'elle se maîtrise. Pour rien au monde, sa folie ne devait reprendre le dessus une nouvelle fois.
Avec un sourire penaud, elle ajouta :
- Je suis désolée, il ne reste pratiquement rien d'habitable. Il faudrait soit tout reconstruire nous-mêmes soit trouver un autre endroit. Mais quoique tu choisisses, je te fais parfaitement confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust
Doctor Johanes Faustus
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Jeu 25 Oct - 7:55

Faust amena la jeune femme à lui, et lui vola un baiser. Il avait suivit dans les moindres détails les explications de Cymoril. Il entendait bien restaurer le château le plus fidèlement possible. Pour l’occasion, il s’était lui aussi vêtu assez simplement. Enfin, simplement pour Faust ne désignait pas le simplement du XXIème siècle … Il s’était donc calqué sur le modèle de Cymoril et avait revêtu un jean bleu foncé et des converses. Son T-shirt noir semblait un peu trop près du corps, ce qui gênait l’ancien Monarque. Jamais il n’avait porté de vêtement proche du corps, mais il c’était à la « mode », paraissait-il … Il avait donc écouté son aimée et remplacé sa tenue pour une autre un peu plus discrète. Sa nature de Chyroptère l’empêchait d’avoir froid, ainsi, il avait l’air un peu décalé dans cet étrange décor.

L’alchimiste caressa tendrement les cheveux de sa dame. Il faudrait du temps pour tout reconstruire … et de l’argent. Mais cela n’était pas un problème quand on était un chyroptère plusieurs fois centenaire. Il faudrait juste éviter que cela ne se fasse … trop vite. Ainsi, le couple avait fait l’acquisition d’une charmante petite cabane non loin du site pour loger durant la nuit. Pour l’instant, restait le problème des ruines. Faust savait qu’il faudrait des décennies pour tout remettre à neuf. Mais il ne le dit pas tout de suite à Cymoril, préférant l’écouter parler.


« Il nous faudra du temps. Mais nous le ferons. Je te promets qu’un jour viendra où tu pourras vivre ici, vivre dans ton château. »

Maintenant qu’ils s’étaient retirés du monde et de son implacable réalité, les deux amants pourraient consacrer tout leur temps à leur vie commune. Mais dans cette éphémère bonheur, ils avaient oublié qu’ils étaient les créatures les plus convoitées du monde actuel … Pour le moment, Faust préférait ne plus y penser et s’abandonner dans les bras de Cymoril.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cymoril
Furie originelle
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 33
Localisation : quelque part
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Ven 9 Nov - 11:41

Cymoril se réveilla brusquement aux côtés de Faust dans la petite cabane près des ruines de l'ancien château de sa famille. Elle contempla son amant dormir, préoccupée par un étrange sentiment de malaise.
Regarder Faust endormi l'apaisa pendant un moment mais son malaise reprit le dessus. Quel était ce sentiment qui l'avait assaillie au milieu de son repos ? Quelle était la menace qu'elle avait perçue alors qu'ils étaient seuls tous les deux, vivant une romance que personne n'avait osé ou voulu interrompre.
Elle se recoucha sur le matelas de camping qui prenait la majeure partie du sol de la cabane et posa une main délicate sur son ventre. Non, ce n'était pas cela. Peut-être. Pas encore...
Elle était de plus en plus troublée. Une menace, c'était une menace qui l'avait réveillée. Elle en était sûre et certaine.
Concentre-toi...
Elle ferma les yeux. Son sommeil avait été paisible jusqu'à ce qu'une présence menaçante ne vienne envahir ses rêves.
- Armada, suffoqua-t-elle soudain.
Puis elle se tut, ne voulant pas réveiller celui qu'elle aimait. Ainsi il était de retour. Seuls ses sens affûtés de Monarque avait pu déceler la présence de leur ennemi. Oh, il était loin, il n'y avait pas de doute. Mais si elle avait pu le détecter, ne le pourrait-il pas lui aussi ? Il semblait si puissant. Et Faust...
Faust ne semblait pas avoir retrouvé ses pouvoirs de Monarque. Que se passerait-il dans le cas d'une confrontation entre eux et Armada ? À la seule idée que quelqu'un puisse lui faire du mal, Cymoril sentit ses entrailles se tordrent et les serpents de sa folie se réveiller d'une longue torpeur. Elle maîtrisa vivement ses esprits et tenta de réfléchir. Faust ne devait pas être mêlé à cela. Elle devait le protéger. Quitte à...
Oui, précisément cela. Cymoril se leva sans un bruit après avoir embrassé délicatement Faust et s'habilla rapidement, veillant à ne pas réveiller son amant. Elle ouvrit la porte de la cabane. La pleine lune brillait à n'en plus finir sur les ruines du château. À regret, Cymoril referma la porte derrière elle. Elle avait laissé un mot sur le lit :
"Je suis partie faire une course. Je reviens vite, ne t'inquiète pas."
Ses sombes ailes se déployèrent dans la nuit noire et Cymoril s'éleva dans les airs, mettant le cap sur le lointain refuge où se terraient ses ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morio Toki
Schiff meurtrier - Psychiatriquement internable
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 30
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Lun 12 Nov - 6:58

De l'Eglise Notre-Dame jusqu'aux ruines du château d'Imryrr, il n'y avait qu'un pas, et Morio ne mit pas longtemps pour le franchir. Il ne savait pas encore vers quoi il courrait mais une chose était claire dans son esprit, il fallait à tout prix éliminer ce Faust, sésame qu'il lui permettrait pas la suite de récupérer "sa" Cymoril!

S'approchant lentement de la cabane dans laquelle il percevait une aura, Morio se risqua ensuite à jeter un oeil à travers les vitres sales d'une fenêtre donnant sur une chambre à coucher. Les rideaux de la pièces n'étant pas suffisamment tirés, le schiff put clairement distinguer la silhouette d'un Faust endormi... mais pas celle de Cymoril. Morio Toki ricana lentement. Si la belle était partie, la bête qu'il était allait pouvoir tranquillement se glisser à l'intérieur de cette charmante cabane pour accomplir son oeuvre funeste..., sans que personne ne puisse l'interrompre ou l'en empêcher!


*A nous deux enflure!... Ton sommeil te sera enfin éternel!*

Pénétrant ainsi dans la demeure, Morio s'avança à pas feutrés en direction de la chambre. Il trouva au passage le mot qu'avait apparemment laissé Cymoril avant de partir: "Je suis partie faire une course. Je reviens vite, ne t'inquiète pas.". Le schiff froissa doucement le morceau de papier dans le creux de sa main... Ce qu'il vit ensuite le mis encore plus hors de lui. En effet, dans le lit..., sous les draps..., se tenait le corps nu de Faust!

*Ce chien... Ce chien a donc osé!*

Sans plus attendre, Morio pointa un long poignard étincellant au dessus de sa tête et frappa. En quelques secondes, la gorge du pauvre Faust fut touchée de plein fouet, une quantité impressionnante de sang s'en écoulant, tachant draps et oreillers.
Les dents de Morio, aussi aiguisées que le poignard qui venait d'agir, se dessina en un sourire qui en disait long. En effet, il ne faisait aucun doute pour le schiff que le coup porté n'entrainerait rien de plus que la mort pour Faust... Aussi, il ne servait plus rien à Morio de rester. Cymoril découvrirait en rentrant le cadavre de son ex-amant. Le chagrin et la fureur qui s'en suivrait alors dépasserait tout entendement et Morio ne préférait pas être dans le coin quand cela se produirait. Il aurait ensuite tout le temps pour réapparaitre et profiter de cette ultime blessure dans l'âme de la nouvelle monarque afin l'asservir à jamais!

Quittant tranquillement la cabane, Morio savourait déjà ces futurs moments et la mort prochaine de Faust. Il ne lui restait plus qu'à rejoindre Pnaty et Eirin et avec un peu de chance, ce sera complètement guéri de ses 'souns' qu'il retrouvera dans quelques temps Cymoril!


"Ahah! C'est presque trop beau!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust
Doctor Johanes Faustus
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Ven 16 Nov - 13:51

Un rayon de Soleil chatouilla timidement le visage du Monarque. Poussant un léger gémissement, Faust se tourna légèrement. Le matelas grinça et il se retrouva ballotté jusqu’à que le mouvement cesse. Bien que encore endormi, il flottait dans un bonheur absolu. Cymoril n’y était pas pour rien, il n’avait jamais pensé aimer quelqu’un. Du moins, de cette manière. Ce fut dans ces réconfortantes pensées que l’alchimiste se rendormi à nouveau, sans se douter du danger qui le guettait. En effet, à quelques mètres de là, trônait Morio, une dague à la main et la vengeance en tête. Mais ce ne furent ni le coup de couteau qui réveilla Faust, ni la dérangeante impression d’être observé. La mort semblait prête à le cueillir, lorsque la sensation étrange d’être trempé le tira de ses songes.

Constatant l’absence de Cymoril, le Monarque se leva d’un bond et se revêtit du drap, étrangement poisseux. C’est alors qu’il vit le sang. Son cœur se fractura l’espace d’une seconde avant qu’il ne se rende compte de la présence de Morio dehors. La porte étant ouverte, cela ne fut pas un problème. Mais la disparition de son aimée, plus le sang et la présence du Schifft … achevèrent sa clémence. Le sol sembla se dérober sous les pieds de Faust lorsqu’il se mit à foncer vers Morio. A une vitesse vertigineuse, il étendit le mécréant au sol et lui saisit la gorge. Ce dernier souriait toujours, sûrement qu’il n’avait pas eut le temps de comprendre que Faust venait de se déplacer à la vitesse d’un Monarque. L’alchimiste sentit une goutte couler le long de son torse, puis s’écraser sur celui qui avait eut l’affront de pénétrer en ces lieux. Ses yeux s’écarquillèrent lorsqu’il vit le liquide carmin s’écraser sur le Schifft. Lentement, il porta sa main là où une étrange douleur l’étreignait.

Il sentit la blessure profonde en train de se refermer. Ce n’était pas Cymoril ! Ce léger instant de surprise laissa le temps aux capacités de Monarque de Faust de reprendre le dessus. Cette survie impliquait énormément de chose. Premièrement, il avait retrouvé ses pouvoirs. Pourtant, il n’aurait pas du se relever aussi vite. Etrange. Ensuite, si Morio était là, c’était que Cymoril n’était pas en ces lieux. Sa force lui aurait permis de l’éconduire en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire ainsi … elle était sauve. Ses capacités lui permirent de sentir sa femme. Elle usait de ses pouvoirs et se déplaçait à très grande vitesse vers … Armada ?! Que s’était-il donc passé durant son sommeil ? Enfin, peu importe, pour l’instant, Morio avait tenté de le tuer. Mais la propre vie de Faust lui semblait si dérisoire face à celle de son aimée qu’il lui en voulait à peine. Ainsi, le Monarque se releva et souleva le Schifft puis le lâcha.


« Ta perfidie ne connais pas de limites, Morio. Au nom de Cymoril, je devrais te tuer pour tout ce que tu nous as fait subir. Pour ta gouverne, les Monarques ne peuvent mourir … »

* Encore heureux qu’il ne m’ait pas séparé la tête du corps …*


Malgré sa clémence, Faust saisit un piquet de bois appuyé contre la cabane et perfora la créature avec, au niveau de l’abdomen. Puis il le planta au sol, tel un moucheron. Plutôt que de le laisser s’échapper, autant le garder pour sa femme. Cela lui permettrait de tirer un trait définitif sur son passé. Etrangement, les longues années passées à l’état de paria du monde humain avaient émoussé le sens de l’honneur du Monarque … et attisé son sadisme. Faust s’apprêta à empêcher à jamais les déplacements du Schifft lorsque les lointains échos d’un combat le firent chanceler.

*Cymoril !*

… et Armada. Le combat venait sûrement d’éclater ! Mais comment pourrait-elle faire face à cet adversaire seule alors qu’ils avaient déjà eu tant de mal à l’affronter auparavant ! Il fallait lui porter secours, et vite. Oubliant sur le champ Morio, Faust se rua dans la cabane pour saisir deux trois vêtements et il se mit à courir vers la direction que lui dictait ses sens. Conscient du retour de ses pouvoirs, il chercha à s’envoler. Aussi tôt, il se sentit accélérer et bien qu’il se cantonna au sol, sa vitesse avait considérablement augmentée. Encore plus rapide qu’en volant, il y serait d’ici peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust
Doctor Johanes Faustus
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Ven 7 Déc - 10:59

Le Monarque revint aussi vite qu'il pu à la cabane. Malheureusement, son désir de protéger le plus vite possible son aimée l'empêcha de réaliser sa détresse. C'est ainsi qu'il arriva bientôt en vue de leur humble demeure. Faust attérit devant la porte et se rua à l'intérieur de la cabane. Les traces de sang étaient encore fraîches, et ceci attisa encore sa honte. Il se sentait faible de n'avoir pas pu ainsi surmonter sa faiblesse et protéger Cymoril. Il se tourna vers leur lit parsemé de rouge et fulmina contre lui même. Il ne devait pas la laisser voir ça. Ainsi, le Monarque saisit quelques objets entassés dans le lieu, ainsi qu'une pile de documents qu'il semblait trimbaler partout. Il sortit en fermant précautionneusement la porte, non sans avoir jeté dans un coin les draps souillés. C'est alors qu'il se souvint que son aimée le suivait. Dans sa honte, il n'avait osé lui adresser la parole. Il voulu se rapprocher d'elle lorsqu'une désagréable sensation lui revint en mémoire. Il avait oublié que Morio Toki était toujours là, derrière. Il se tourna vers Cymoril et voulu l'embrasser doucement.

"Nous devrions partit sous peu, ma chérie. Désolé de te faire subir tant de pression, mais nous devons absolument nous mettre à l'abri."

Il lui sourit et lui caressa doucement la joue.

"Nous devons rejoindre ces Chevaliers rénégats à tout prix et nous rallier à eux si nous voulons un jour vivre en paix. Je ferais tout pour que les combats ne durent jamais. Tu as fait ce qu'il fallait."

Il ne parla pourtant pas du schifft, répugnant à montrer un tel spectacle à sa femme. S'être ainsi fait prendre par surprise par lui montrait à quel point il pouvait être faible, et il ne voudrait jamais que Cymoril ne se sacrifie pour le sauver, sa vie et celle de leur enfant comptait par dessus tout. Ainsi, Morio aurait certainement la vie sauve, à moins qu'il ne se soit déjà enfuit ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cymoril
Furie originelle
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 33
Localisation : quelque part
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Dim 16 Déc - 5:43

Cymoril baissa la tête d'un air pitoyable. Elle avait mal interprété le trouble et la gêne de Faust, croyant qu'il lui en voulait encore d'avoir sacrifié Leto. Ses paroles de réconfort ne parvinrent pas à chasser ce sentiment désagréable ni sa culpabilité dévorante.
- Je te suivrai où tu iras, mon amour, dit-elle d'une voix éteinte. Nous irons trouver ces chevaliers si tu le désires.
Elle s'éloigna de la cabane, marchant le long des ruines de son manoir. Un instant, elle eut envie de les détruire. Cet endroit n'était plus sa demeure. Elle avait cessé de l'être le jour où la chyroptère Cymoril avait massacré toute sa famillle.
Elle ne pouvait pas prétendre être une humaine et jouer à la future mère de famille dans un cadre paisible et nostalgique. Pas quand son quotidien était la guerre, pas quand, par sa faute, ils devraient se battre tous les jours de leurs longues existences.
Cymoril hocha la tête avec un fin sourire ambigü.
- Brûle cette cabane, demanda-t-elle à Faust. Nous ne reviendrons pas ici.
Ses ailes se déployèrent, frémissante. D'un geste, elle recréa ses vêtements ruinés. Un soudain pouvoir bien utile.
- Brûle-la, répéta-t-elle.
Soudain, la perspective de se battre encore et toujours ne lui paraissait plus si haïssable. Quoi d'étonnant au fond quand on était un Chyroptère ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morio Toki
Schiff meurtrier - Psychiatriquement internable
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 30
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Jeu 20 Déc - 23:49

Depuis le départ de Faust, Morio s'était attelé à retirer le piquet en bois que lui avait enfoncé dans l'abdomen le monarque. Le schiff se demandait d'ailleurs comment ce dernier avait fait pour ne pas mourir et plus encore, pour se remettre si rapidement de ses blessures! Décidemment, cette race était coriace et tellement différente de la sienne, les schiffs.
Quoi qu'il en soit, Morio avait finalement réussi à se dégager et avait décidé de se cacher dans les environs afin d'attendre le retour de Faust et celui de... Cymoril.
Pendant ce temps, il tenta vainement de ressentir les auras de Pnaty et de Eirin qu'il avait laissé à l'Eglise Notre Dame. Encore une fois, il semblait seul et livré à lui-même. Pnaty s'était-il finalement rendu compte que la guérison des schiffs resterait à jamais une utopie?... Surement, et c'est sans doute pour cela qu'il avait disparu.
Morio sourit... La fin était proche.


~ Près d'une heure après ~

Morio rouvrit subitement les yeux, il avait entendu des bruits de pas et des échos de voix non loin de sa position.
D'un pas souple, le schiff s'approcha jusqu'à ce qu'il apperçoive Cymoril et Faust en pleine discution. Morio se délecta à la vue de la jeune femme, surtout qu'elle était apparu à demi-nue avant de recréer une grande partie de ses vêtements par la force de ses pouvoirs. Encore une fois, il allait se retrouver devant celle pour qui il se battait depuis tant de temps, celle qui ne resterait qu'un désir, une simple illusion?
Mais peu importe la reflexion, Morio n'était pas de ce genre là, il préférait agir comme toujours et la mort ne lui faisait pas peur! N'était-il de toute façon pas condamné d'avance?... Les souns du schiff lui brûlèrent alors intensément la peau comme pour lui confirmer cette dure réalité.

Se levant, Morio Toki s'avança vers son pire ennemi et sa meilleure ennemie... Les toisant de son sourire le plus noir, le schiff dévora ensuite Cymoril des yeux avant de lançer un singlant:


"Peuh! Tu as bien changé depuis que tu trimbales cette chochotte de Faust avec toi! Pourtant, il va bien falloir te rendre à l'évidence, tu ne trouveras jamais meilleur amant que moi! Ahahaha!!
Je suis revenu, encore une fois et cette fois ci..., je ne repartirai pas sans toi! Peut importe ce qu'il m'en coûte!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust
Doctor Johanes Faustus
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Sam 22 Déc - 4:36

Le Monarque se retourna à nouveau vers son aimée, et ce qu’il y vu lui glaça les sangs. Elle semblait s’être murée dans un silence terrifiant. La dernière fois que Cymoril l’avait inquiété à ce point, elle était devenue folle à lier et avait faillit le tuer ainsi que nombre d’innocents. Pour éviter à son aimée de sombrer à nouveau dans le néant, le Monarque s’approcha d’elle et la saisit dans ses bras. Il amena sa tête contre sa poitrine et embrassa ses cheveux. Cymoril venait de déployer ses ailes et il se rendit compte qu’elle était de nouveau vêtue. Il ne s’étonna pas de ses nouvelles capacités. Il avait vu bien plus étrange de par le monde, et la Monarque qu’elle était n’avait pas encore mis la main sur tout son pouvoir, il en était sûr.

- Brûle-la.

Ses mots tirèrent Faust de ses sombres pensées. Il s’était concentré sur le bien être de son aimée et n’avait pas fait attention à ses vœux. Il la serra plus fort contre lui puis la prit par le menton pour l’embrasser doucement. Il sentit son trouble. Le Monarque se retourna puis il tendit la main vers la cabane. Que tout brûle, cela n’avait pas d’importance. Son chez lui n’existait plus depuis longtemps, la seule place qu’il désirait était auprès de son aimée. Dans cette période de trouble, il ferait n’importe quoi pour qu’elle se sente bien.

« Non, Cymoril, nous irons où tu souhaites aller. Si tu désires que nous nous cachions, c’est ce que nous ferons, si tu désires te battre, eh bien … »

Par le plus pur hasard ( Rolling Eyes ), ce fut à ce moment précis du discours que le schifft fit son apparition. Obsédé par l’état de Cymoril, Faust ne l’avait même pas aperçu. Cet être qui par perfidie avait essayé de l’annihiler, de lui trancher la gorge en plein sommeil. Faust lui devait après tout une fière chandelle car sans ce traitement de choc, jamais ses pouvoirs ne seraient revenus. A présent, ils étaient là, mais étrangement loitains. Le Monarque arrivait à les utiliser, mais ils différaient totalement de ce qu’il fut par le passé, et c’était bien le problème. Cependant, face à un déchet comme Morio, il n’aurait aucun mal à se débrouiller.

"Peuh! Tu as bien changé depuis que tu trimbales cette chochotte de Faust avec toi! Pourtant, il va bien falloir te rendre à l'évidence, tu ne trouveras jamais meilleur amant que moi! Ahahaha!!
Je suis revenu, encore une fois et cette fois ci..., je ne repartirai pas sans toi! Peut importe ce qu'il m'en coûte!"


Le Monarque relâcha son étreinte et se plaça entre Cymoril et Morio. Ses lèvres s’écartèrent en un rictus terrifiant. Après tout le schifft était resté volontairement, non ? Autant lui faire payer le prix de son audace, et puis après tout, il devait s’attendre à ce résultat, vulgaire moucheron qu’il était !!

« Tiens donc, tu es moins lâche que tu en as l’air, Morio. Tu as préféré rester plutôt que de sauver ta peau. Sache qu’aucun cadeau ne te sera fait ! »

Joignant le geste à la parole, Faust envoya une violente bourrasque de vent vers son adversaire, ses ailes venaient d’apparaître. Il n’avait pas encore entamé le combat, seul un mot de Cymoril pourrait l’en dissuader car c’était autant sa vengeance que la sienne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cymoril
Furie originelle
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 33
Localisation : quelque part
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Dim 23 Déc - 2:05

- Non, sourit doucement Cymoril. Ce combat est le mien, Faust. Morio Toki a fait de moi ce que je suis. Il a fait de moi une Monarque. Qu'il en paye le prix à présent.
Elle avait enfin compris la raison du trouble de son aimé et cela la rasséréna.
La fierté des hommes...
Elle s'avança vers le Schiff, écartant doucement Faust au passage, avec un calme de reine.
- Tu ne partiras pas sans moi, Morio ? Et bien, libre à toi de rester...et mourir. J'attends un enfant de Faust, le savais-tu ? Mais peu t'importe en réalité. Peu t'importe à peu près tout si ce n'est la satisfaction de tes désirs.
Pourtant elle avait pitié du Schiff. Il était si seul, si sauvage, si désespéré...à sa manière. Une bête fauve qu'on avait lâché sur le monde.
Elle s'avança encore vers le Schiff. Jamais elle n'avait été aussi belle. Il restait pourtant là. Pourquoi irait-il autre part ? Il était là pour elle, il n'avait pas d'autres buts dans l'existence d'après ce qu'elle avait pu en comprendre. Cymoril avait beau le haïr du plus profond de son âme, elle le plaignait au moins autant.
Elle arriva enfin jusqu'à lui et subitement l'enlaça.
- Je ne peux pas t'accorder ce que tu demandes, lui souffla-t-elle au creux de l'oreille.
Sa main droite prit sa forme favorite de lame effilée et sa peau se teinta d'argent. Les yeux d'améthyste de Cymoril plongèrent alors dans ceux de Morio.
Pauvre Schiff...
- Mais je peux t'accorder autre chose, mon pauvre ami.
Elle l'embrassa avec douceur avant de lui perforer l'abdomen de son bras-épée, là où les souns du Schiff étaient les plus féroces...
Cymoril retrouva alors des yeux et une peau d'aspect plus normal, seule la lame subsista, toujours plantée dans le ventre de Morio.
- N'était-ce pas également pour cela que tu étais resté ? murmura-t-elle doucement.
Elle s'agenouilla, l'obligeant à l'imiter, et, alors que le sang du Schiff ruisselait sur l'herbe verte, attendit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morio Toki
Schiff meurtrier - Psychiatriquement internable
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 30
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Dim 23 Déc - 5:53

Alors que Morio pensait que Faust allait encore une fois s'interposer et se battre contre lui, ce fut Cymoril qui contre toute attente s'avança en direction du schiff, écartant tranquillement son amant. Les yeux fixés sur elle, Morio la regarda s'approcher lentement et parut hypnotisé. Il n'osa respirer ni même ciller des yeux comme si il avait peur que cette vision ne s'efface à jamais... Cymoril paraissait bien plus gracieuse, bien plus belle, bien plus envoutante et cela... pour lui?
Le coeur de Morio palpita plus vite lorsque la belle le prit dans ses bras. Le parfum de la jeune femme l'enivra, ses sens semblèrent se perdre, seul le contact de son corps contre celui de Cymoril importait. Aussi, les paroles que lui susurra la monarque à l'oreille n'eurent que peu d'importance, il se sentait partir... Il savait sa fin proche depuis que les souns sur sa peau avaient subitement gagné du terrain il y a de cela un mois et surtout depuis qu'il savait que le fol espoir né de sa rencontre avec Eirin était finalement vain...

Morio regarda Cymoril dans les yeux et lui sourit. Elle l'avait surement compris... Elle savait sans doute que l'une des dernières volontés du schiff serait de mourir des mains de celle qu'il avait appris à aimer... à sa manière.
Soudain, elle l'embrassa..., pendant qu'une lame se plantait lentement dans sa chair, là où les souns étaient le plus présent. Morio écarquilla les yeux, la douleur était si atroce! Et pourtant, il ne fallait pas, il ne voulait pas que Cymoril ne lise de la peur dans son regard.
Il se retrouvera subitement à genoux devant elle et cracha une gerbe de sang.


"Cymoril..."

Agrippant le bras de la monarque, Morio s'avança d'un coup brusque, enfonçant encore plus profondément dans son corps la lame créée par la jeune femme. Puis, lentement, il posa sa main sur le ventre de Cymoril et lui sourit, une idée folle lui traversant l'esprit... Et si cet enfant était le sien, aurait-il eu la chance de vivre sans avoir à craindre cette terrible maladie qui touchait les schiffs?... Sans doute.
D'une voix faible, Morio murmura difficilement quelques mots à Cymoril, ses dernières volontés...


"Au soleil... Je... Je ne souhaite pas que les souns... m'achèvent... Etend-moi sur le sol... et... j'attendrais que le soleil... ne me réduise en poussière... S'il te plait..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cymoril
Furie originelle
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 33
Localisation : quelque part
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Mar 8 Jan - 15:41

Cymoril leva les yeux vers Faust, une lueur d'excuse au fond du regard. Morio avait essayé de le tuer et elle se montrait pourtant miséricordieuse avec lui. Ses yeux se posèrent sur le Schiff. Il ne restait rien de l'ennemi qu'elle avait tant haï. Il n'y avait plus qu'un être qui s'apprêtait à mourir...seul.
Devait-elle partir et le laisser croupir ici ? Il l'avait bien mérité après tout...
Elle retira sa lame de la plaie de Morio Toki, son bras retrouvant une apparence normale.
Le Schiff était seul, mourant et il avait mal. Cymoril inclina la tête.
- Il en sera fait selon ta volonté...
Elle souleva le Schiff et l'étendit sur le sol un peu plus loin, là où l'herbe se montrait la plus douce. Les rayons du soleil n'avaient pas encore atteint cet endroit mais cela ne saurait tarder. Cymoril s'assit à côté du Schiff dont la cape s'était envolée dans un brusque coup de vent.
- Je suis navrée, murmura-t-elle. Un jour, je ferai payer leurs agissements à ceux qui ont fait de vous des Schiffs.
L'air était si doux.
Elle regarda Morio Toki. Le visage du Schiff était livide. Lui souriant avec compassion, Cymoril saisit sa main et la serra. Un rayon de soleil s'aventura non loin d'un des pieds de son ancien adversaire.
- Tu n'es pas seul. Je suis là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morio Toki
Schiff meurtrier - Psychiatriquement internable
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 30
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Mar 22 Jan - 4:26

Morio s'était laissé porter par Cymoril jusqu'à un coin où l'herbe était fraichement coupée. Morio fit un sourire reconnaissant à la monarque car elle ne le laisserait pas mourir dans la poussière comme un moins que rien. Une légère brise caressa le visage du schiff. La fin était proche.
A seulement un mètre de lui, Morio distinguait la partie du sol ensoleillé et frissonna. Il se demandait si il aurait le temps de souffrir en partant.
Cymoril était toujours à ses côtés et cette simple pensée l'emplit de courage. Elle avait même juré qu'elle ferait son possible pour retrouver ceux qui avaient fait des schiffs ce qu'ils étaient: des êtres courant après la mort.


"Je te remercie... J-J'aurai dû le... faire depuis... longtemps."

Les yeux de Morio étaient fixés sur le visage de Cymoril. C'était elle son soleil. La jeune femme aussi le regardait. Faisait-il si pitié que ça? Morio sourit. Quelle misérable fin!
Un premier rayon de soleil léchait à présent le pied du schiff. D'autres faisaient briller la longue chevelure de Cymoril. Morio se serait presque cru au paradis même si il savait que seul l'enfer l'attendait.

Soudain, une profonde brûlure! Morio faillit pousser un long cri d'agonie mais se retint du mieux qu'il put. Ses dents serrées coupèrent sa lèvre et la fit abondamment saigner. Il jeta un rapide coup d'oeil sur son pied. Il ne restait plus que de la cendre qui s'envolait avec la brise.
Ce fut bien vite le tour de ses jambes et petit à petit, Morio sentait son corps se volatiliser. Il serra la main de Cymoril dans un ultime sursaut.


"RENDEZ-VOUS... EN ENFER!!"

Un flot de lumière se déversa sur Morio dont le corps fut réduit instantanément en cendres et en poussière argentée. Cette derniere fut ensuite dispersée dans le ciel par de violentes bourrasques....

Voici comment le schiff Morio Toki passa de vie à trépas en quelques secondes, la Terre ne gardant à présent plus aucune trace de son passage. Seul quelques uns garderaient en mémoire son souvenir, un souvenir entâché de sang souvent, pour le reste, nul ne saurait le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust
Doctor Johanes Faustus
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Sam 16 Fév - 14:59

Plusieurs jours avaient passé depuis que Morio avait disparu. Bien que le considérant comme un ennemi, Faust lui creusa une tombe où il déposa les restes du schifft, principalement ses vêtements. Il lui construisit une croix rudimentaire et abandonna la mémoire de cet adversaire au fond d’une forêt. Cependant, il n’avait osé prononcer un mot depuis la mort de Morio. Il savait quelque part que Cymoril avait été vraiment touchée par cet évènement, et il attendait qu’elle lui parle d’elle-même avant de la brusquer. Du moins, c’était ce dont il s’était convaincu … Le Monarque n’avait osé s’avouer qu’il n’acceptait pas le fait qu’elle lui ait ôté le droit à sa vengeance. Bien qu’adouci par l’amour de son aimée, il ne pouvait renier ce qu’il était, ou ce qu’il fut. L’un des plus dangereux Chevaliers d’une des Reines de jadis. Cet homme avait faillit le tuer, et depuis cette mésaventure, il avait l’impression qu’il l’avait aussi amputé de son honneur de Monarque. C’est pourquoi il aborda une mine maussade la plupart du temps, et semblait perdu dans ses pensées. Mais autre chose le préoccupait. Il avait senti que Cymoril attendait un enfant, mais le pire était que leurs adversaires étaient désormais au courant ! Leur progéniture courait maintenant un nombre incalculable de dangers potentiels. Cette idée avait pris le pas sur la mauvaise humeur de Faust dès le second jour suivant la mort de Morio et il ne cessait de réfléchir à ce problème, délaissant malheureusement un peu sa femme. Ce fut au bout d’une semaine qu’il annonça leur départ à Cymoril.

« Nous devons absolument partir. Nous serons en danger tant que tu n’auras pas … accouché. »

Ce furent les seules paroles qu’il eut prononcé depuis la mort du schifft. Il ne rajouta cependant pas un mot, se contenant de rassembler les affaires du couple. Le comportement du Monarque était devenu on ne peu plus étrange. Il attendit que Cymoril soit prête et il la fit sortir de leur cabanon. Il s’approcha alors d’une moto noire qui n’était pas là auparavant. Tout montrait qu’il venait de l’acheter. Il posa son sac sur l’engin et soupira profondément.

« Enfin … »


Un poids sembla s’envoler de ses épaules et il embrasse doucement son épouse.

« Je me sentirai mieux dès que nous aurons changé de pays. Si tu as un endroit où tu désirerais te rendre, mon amour … »

Un tic anima alors la lèvre de Faust. Il était vraiment de plus en plus inquiétant …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cymoril
Furie originelle
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 33
Localisation : quelque part
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Ven 29 Fév - 13:23

À sa dernière question, Cymoril haussa les épaules d'un air maussade.
- Comme tu voudras, soupira-t-elle d'une voix éteinte.
Le comportement de son époux ne lui avait pas échappé mais elle s'en était méprise sur les causes. Elle avait l'impression qu'il lui en voulait ou bien qu'il était jaloux du dernier geste de pitié qu'elle avait eu envers Morio Toki. Le Schiff, même mort, était devenu une ombre entre eux deux, réussissant ce pour quoi il avait toujours échoué de son vivant : commencer à les séparer.
- Où tu voudras, ajouta-t-elle.
Le petit être qui grandissait en elle ne lui apportait à présent plus la même joie. Son ventre s'était arrondi en même temps que son malaise, même s'il fallait une certaine attention pour le remarquer, et elle se demandait avec inquiétude ce que l'avenir leur réserverait. Ils n'avaient même pas discuté du nom qu'ils donneraient à cet enfant, considérant tacitement sa naissance comme incertaine face à tous les dangers qui le menaçaient.
Même le dernier baiser de Faust lui semblait mécanique, un geste pour sauvegarder les apparences.
Elle soupira une nouvelle fois. Ses propres affaires étaient prêtes. Elle jeta un regard nostalgique sur son manoir toujours en ruines. Ces dernières ne seraient pas relevées. Elle le savait à présent. Sa bouche se crispa mais elle ne souffla mot.
Cymoril enfila son sac à dos et monta sur la moto où elle coiffa un casque. Elle attendit que Faust prenne place devant et démarre l'engin qui les emméneraient loin de chez elle pour très longtemps.
Mentalement, elle souffla un mot d'adieu aux âmes de sa famille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amshell
Premier chevalier de Diva
avatar

Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Lun 31 Mar - 0:53

Amshell avait finalement réussi à retrouver la trace de Faust et de Cymoril et cela au bon moment. En effet, le chevalier arriva sur place au moment où Cymoril s'équipait de son casque après avoir enjambée sa moto et où Faust, qui était aussi près des ruines, s'apprétait à la rejoindre pour ensuite mettre les voiles vers une autre destination.
Accompagné de Numéro 1 et alors que Armada les suivait au loin, Amshell déploya ses ailes et d'un mouvement vif, se précipita et fondit littéralement sur Faust qu'il agrippa par le col et entraina sur plusieurs centaines de mètres.
Faisant face au monarque avec à ses côtés Numéro 1, Amshell ne laissa aucun répit à sa proie et lui ascéna un violent coup dans les côtes qui l'envoya valser.
Profitant de cette attaque, le chevalier tourna alors la tête vers l'arrière pour s'apercevoir que Armada -qui avait préalablement emprunté l'apparence de Faust de manière stupéfiante- s'était caché dans les bois environnants et attendait le bon moment pour apparaitre auprès de Cymoril qui, la vue quelque peu obstruée par son casque, n'avait pas bien compris ce qui s'était passé et cherchait son amant du regard.
Il sembla alors que c'était là le bon moment pour que Armada entre en scène. De son côté, Amshell s'occuperait avec l'aide de Numéro 1 de maintenir Faust à l'écart...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armada
Chyroptère Génétiquement Modifié
avatar

Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Mar 22 Avr - 8:35

Bien que Amshel ait une version bien déterminée du plan, Armada ne pu s’empêcher de rajouter ses propres détails, qui selon lui en améliorait la réussite, ainsi, lorsque son Père éjecta le Monarque de son engin, le mutant le suivit par les bois et se précipita à sa rencontre sous son aspect normal. Au centre de l’impact, il lui pulvérisa la cage thoracique et le mordit à nouveau au cou, s’abreuvant de tous ses souvenirs, et allant même jusqu’à copier ses blessures. Il attendit que ses alliés arrivent puis il prit l’apparence du Monarque revêtant ses habits, son corps et même jusqu’à son âme et il se rua aux côtés de Cymoril, l’air paniqué. Les branchages avaient écorché son visage, et une grosse contusion rouge se résorbait peu à peu, semblable à une vraie blessure. Armada n’avait fait que se brûler la joue avec la paume de sa main afin que son retour paraisse être celui de Faust. Il remit ses cheveux en arrière, tandis qu’il courrait vers la jeune femme enceinte.

« Vite ! C’est Amshel, vite, nous devons partir ! »

Il enfourcha la moto et assura la prise de Cymoril d’une main puis il alluma le moteur. Il fit pétarader l’engin et démarra en dérapant de manière à se retrouver dans le sens de la route. Il serra fort la main de l’aimée de son ennemi puis il accéléra, la maintenant contre lui. Afin d’en rajouter un peu plus à la comédie, il ne cessait de jeter des regards inquiets derrière lui, imitant à la perfection Faust.


« Ils doivent nous chercher dans les cieux, heureusement que j’ai acheté cet engin, Cymri. »

Il chercha à nouveau la main de Cymoril et la serra de nouveau, puis il glissa lentement vers son guidon et accéléra encore, se dirigeant vers la voie rapide. Ils s’éloignaient à présent de Paris, le laboratoire où Amshel avait demandé à ce que l’équipement spécial soit mis en place trônait à présent à Toulouse, non loin du Capitole, mais profondément enterré afin d’éviter la colère des expérimentations …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cymoril
Furie originelle
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 33
Localisation : quelque part
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Mer 23 Avr - 11:09

Cymoril n'avait pas su quoi faire lors de cette attaque totalement surprise. Ce fut avec un énorme soulagement qu'elle vit Faust revenir, méchamment blessé mais relativement indemne, pour fuir au plus vite avec lui.

À mille lieux de se douter du sinistre stratagème d'Armada, elle se blottit contre son amour, bercée par le ronronnement de la moto.

- Comment ont-ils faits pour nous retrouver, mon amour ? Où nous emmènes-tu ? J'aimerais tellement que notre enfant naisse dans un endroit paisible, loin de tous ces conflits. J'aimerais tant qu'il soit un humain, près à vivre une vie courte mais heureuse.

Elle eut un petit rire.

- Je sais bien que c'est impossible. Je divague, pardonne-moi.

Le vent soufflait librement dans ses cheveux noirs. Elle ne pouvait cependant s'empêcher d'être heureuse. Faust semblait être redevenu lui-même et l'aimer comme auparavant. Appuyant sa tête contre le dos de son aimé, elle le laissa les conduire vers le Sud.

Sans se douter une seule seconde qu'il s'agissait d'Armada...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pnaty
Schiff
avatar

Nombre de messages : 197
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Jeu 24 Avr - 4:48

Pnaty et Night venaient d'arriver au moment ou Cymoril et Faust venaient de partir. Dommage, ils auraient pu faire une bonne diversion...

Bien que Pnaty sentait encore les trois auras vers le bois, il ne voyais rien pour l'instant. Scrutant alors dans la direction, il put alors scruter les trois auras.


*Bien, il y a encore Amshell et cet être etrange... Mais... Cette derniere personne... On dirait l'aura de Faust...*

Ne comprenant pas comment Faust pouvait être là et sur la moto avec Cymoril, Pnaty scruta dans la direction que venaient de prendre les deux monarques. L'aura de Cymoril était clairement perceptible, et l'autre semblait bien être celle de Faust, sauf que...

Sauf que l'autre aura semblait degager des intentions particulierement meurtrières. Le même genre d'intention que Pnaty avait ressentit chez Armada juste après sa trahison...

Comprenant alors que le Faust sur la motio n'était autre qu'Armada, Pnaty en deduit que le veritable Faust était toujours ici. De ce fait le combat allait probablement avoir lieu entre lui, Amshell et la mysterieuse troisieme personne...

Pnaty se retourna alors vers Night.


"Il semblerait qu'un combat va avoir lieu ici... Attendons de voir qui sera le vainqueur. Il nous sera plus aisé d'eliminer le ou les survivants ensuites..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amshell
Premier chevalier de Diva
avatar

Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Ven 25 Avr - 1:03

Le plan semblait s'être déroulé à merveille et Amshell s'en félicitait grandement. Non seulement il n'avait pas eu à se salir les mains en combattant Faust car Armada s'en était chargé en fracassant presque la cage thoracique de l'ennemi avant de le vider de son sang, mais en plus, son "enfant" avait parfaitement réussi son coup avec Cymoril qui n'avait pas remarqué le subterfuge et ne le remarquerait surement pas avant qu'Armada ne la traine jusqu'au laboratoire.
Fixant ainsi Faust avec un sourire béat, il se pencha vers lui et lui murmura quelques mots:


"Ne t'en fait pas, je m'occuperais bien de ton enfant..."

Il termina ses paroles en frappant violemment le monarque au visage, l'assommant sur place. Ceci fait, il se tourna vers "Numéro 1" et fit signe au Néo-Corpse qu'il était temps d'y aller.
Pourtant, ils ne firent que quelques pas quand soudain, ils tombèrent nez à nez avec le Schiff Pnaty et un autre individu dont Amshell ignorait l'identité.
Surpris par cette rencontre aussi imprévisible qu'insolite, le chevalier faillit en tomber à la renverse. Pnaty n'abandonnerait-il jamais? Vivement que la maladie l'emporte pensa-t-il aussitôt.


"Tiens donc... Regardez qui voilà! Pnaty avec un nouvel ami! Oh... C'est Armada qui sera déçu! Vous vous êtes ratés de si peu! Ahahah!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Night
Agent du Losange Bleu
avatar

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Mer 30 Avr - 3:08

Quittant les pieds de la Tour Eiffel, Night avait suivit Pnaty jusqu'à la campagne Parisienne où le Schiff avait repéré l'aura de leurs cibles et ennemis. Lorsqu'ils parvinrent aux alentours d'un manoir en ruines et à l'abandon, Pnaty s'arrêta et se retourna vers Night, lui indiquant qu'un combat était en train d'avoir lieu et qu'ils leur fallait donc attendre l'issue de l'affrontement afin d'avoir plus de chances par la suite.

Néanmoins, l'affrontement ne dura pas longtemps et alors qu'une moto s'éloignait du manoir à vive allure, Pnaty et Night virent soudain apparaitre devant eux le chevalier Amshell, accompagné d'un Corps d'une nouvelle génération. Tout aussi surpris que les deux alliés, Amshell reconnut pourtant Pnaty et s'adressa à lui.


[Amshell] "Tiens donc... Regardez qui voilà! Pnaty avec un nouvel ami! Oh... C'est Armada qui sera déçu! Vous vous êtes ratés de si peu! Ahahah!"

Voyant que le Schiff ne répondait pas aux provocations du chevalier, Night décida de le faire à sa place et s'avança d'un pas. Il semblait déterminé et ne flancha pas au moment de répondre à Amshell.

"Nous sommes ici pour vous Amshell! Vous ne quitterez pas ce lieu vivant!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pnaty
Schiff
avatar

Nombre de messages : 197
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Lun 5 Mai - 10:33

Après que Amshell lui ai adressé la parole, Pnaty ne repondit pas tout de suite. Bien, Armada n'était apparament plus là, ce qui veux dire que ce combat allait être du deux contre deux. Mais face à un chevalier et à une creature à l'aura de monarque, le combat n'allait pas être facile... Surtout si en plus Faust venait se meler au combat. Qui sait dans quel camps il serait? Etant donné son instabilité, il était probable qu'il s'en prenne à tout le monde...

Pnaty decida alors qu'il fallait agir vite. Si avec le pouvoir de Night ils arrivaient à capturer Amshell, peu être arriveraient ils à contenir les attaques de l'être etrange en menaçant de tuer son maître. Même si ce plan risquait d'echouer, c'est tout ce qu'ils avaient à faire maintenant, etant donné le peu d'information dont ils disposaient.


"Night, on fait comme on a dit..."

A peine eu il finit sa phrase qu'il se lança sur Amshell, épée à la main. Avant de l'atteindre il fut surpris de voir que le compagnon du chevalier n'avait pas esquissé un geste.Mais ce n'était pas le moment de se préocuper de ça, Pnaty allait devoir utiliser toute sa concentration pour combattre efficacement contre Amshell, du moins le temps que Night intervienne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Night
Agent du Losange Bleu
avatar

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   Jeu 15 Mai - 4:11

Plongé dans une intense concentration depuis l'apparition d'Amshell et de sa créature, Night attendait patiemment le signal de Pnaty car son temps de réactivité pourrait changer la donne. Dès que le Schiff ordonnerait le début de l'assaut, Night allait devoir immédiatement disparaitre afin d'utiliser ses capacités de camouflage et se glisser le plus rapidement et le plus silencieusement possible dans le dos d'Amshell afin de bloquer les mouvements du chevalier et permettre à Pnaty de porter un coup.

*Pnaty aussi reste silencieux... On dirait qu'il attend également le bon moment pour surprendre Amshell. Cela ne devrait plus être trop long maintenant.*

Et comme prévu, Night n'eut pas longtemps à attendre car soudain, Pnaty donna le signal et se précipita vers leur cible, épée en main. Aussitôt, Night profita de la surprise d'Amshell et disparut, se déplaçant le plus rapidement possible vers l'ennemi. Etrangement, l'allié aux côtés d'Amshell n'avait pas réagi... Tant pis, Night prit le risque et réussi finalement à agripper Amshell, au moment où Pnaty allait toucher le chevalier avec la lame de son épée.

"Je le tiens! Frappe de toutes tes forces Pnaty!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les ruines du château d'Imryrr   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les ruines du château d'Imryrr
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight Destiny :: France :: Campagne-
Sauter vers: