† Bienvenue dans le monde de Twilight Destiny †
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ah, Toulouse ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Faust
Doctor Johanes Faustus
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Mar 15 Juil - 16:26

Le Monarque jeta un regard désintéressé à sa femme. Il la voyait se débattre entre les dents du néo Corpse Corps sans pour autant réagir. Il ne voulait pas lui faire de mal, mais de là à la sauver … Il se passa une main lasse dans ses cheveux puis il se tourna vers numéro 1. Ses yeux devinrent argentés puis une lame apparu dans sa main. Sortie d’on ne sait où. Il traça un trait au sol de la pointe de la rapière et sourit malicieusement au Corpse.

« Ne dépasse pas ce trait où il t’en coûtera … »

Puis, dans sa douce folie, il se tourna vers Amshel. Reculant d’un pas, il saisit Cymoril par un bras et la tira jusqu’à lui, sans ménager une once de douceur. Il la leva jusqu’à lui et inspecta son visage, poisseux de sang.

« Il est vrai qu’elle possède un quelconque charme … Mais je me demande bien pourquoi IL la protège … Mon cher Chevalier, voudriez-vous bien tenir votre chien en laisse, je ne serai pas d’humeur à marchander longtemps … »

Ce n’était pas de la folie, mais plutôt de la pure démence. Il rejetait celle qu’il aimait pour sa propre sécurité. Il était prêt à offrir sa femme et son enfant à Amshel pour son seul salut. L’autre avait prit le contrôle, ses anciens pouvoirs refaisaient surface, mais il savait sciemment qu’il ne pourrait s’échapper d’ici avec elle. Autant l’offrir au Chevalier sans discuter car elle ne lui apportait rien. Peut être que Amshel se révèlerait plus intéressant, et plus utile que cette bête sauvage, qu’il tenait maintenant fermement par le bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amshell
Premier chevalier de Diva
avatar

Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Mer 16 Juil - 7:12

Les évènements prenaient vraiment une tournure quasi-désespérée et plus d'une fois, Amshell faillit laisser tomber en enfermant à double tour tout ce petit monde avant de faire sauter toute la résidence.
En effet, Armada n'était toujours pas remis de ses blessures et Numéro 1 était très mal en point après l'attaque subie de la part de Cymoril. Hormis cela, Faust semblait avoir plongé dans une folie bien plus profonde que celle de sa compagne ce qui ne laissait rien présager de bon pour la suite.
Pourtant, le comportement du monarque interpella Amshell lorsqu'il saisit soudainement le bras de Cymoril et l'immobilisa. D'après ses dires, Faust paraissait même prêt à marchander avec son ennemi. Quelle aubaine!


*Mmmh, étrange... Aurait-il perdu la raison au point de sacrifier son épouse et son futur enfant?...*

Mais Amshell n'avait pas le choix, s'il pouvait récupérer Cymoril sans avoir recourt à la violence, il ne s'en priverait pas! Ainsi, ce fut d'un ton tout à fait neutre qu'il s'adressa à Faust, tendant une main bienveillante dans sa direction.

"Très cher monarque, ne vous inquiétez pas, Numéro 1 et moi-même ne vous voulons aucun mal...
Moi non plus je ne sais pas pourquoi l'enfant protège une telle personne. C'est justement ce que je cherche à découvrir, voyez-vous? Pour cela, il faudrait... que vous me remettiez en main propre cette jeune femme. Pouvez-vous faire cela pour moi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust
Doctor Johanes Faustus
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Mer 16 Juil - 12:39

Faust haussa les sourcils. L’enfant protégeait Cymoril ? Bien entendu, il parlait de l’autre, de celui qu’il était devenu. Du Faust dont la jeune femme était tombée amoureuse. Ainsi, comme il le redoutait, cette créature serait étonnamment puissante, ce qui expliquait l’intérêt du Chevalier. Le Monarque, ou du moins, la vraie personnalité du Monarque, ignorait presque tout des dernières péripéties du couple, mais il en savait assez pour jauger le péril dans lequel ils s’étaient enfoncés. Il ramena Cymoril à lui et toisa le Chevalier.

« Je ne parlai pas de l’enfant …La réponse est évidente, il protège ses parents. Quant à celui dont je parle, j’ai bien l’impression qu’il ne cesse de vous mettre des bâtons dans les roues, mon cher Chevalier. »

Il se passa à nouveau une main lasse dans ses cheveux, avant de constater qu’elle était aussi poisseuse de sang. Il étouffa un juron et l’essuya sur son pantalon, ce qui n’eut presque aucun effet car le sang le recouvrait presque en entier. Ce n’est pas qu’il détestât le sang, mais c’était plutôt poisseux. Il lâcha Cymoril et se baissa jusqu’à elle. Il lui caressa doucement la tête et lui murmura quelques paroles à l’oreille. Seule elle pouvait les entendre, et certainement les comprendre.

« Protège … Cours et envole toi. »

La bête qu’elle était devenue risquait de ne pas comprendre d’avantage que ces mots, alors à quoi bon se gaspiller en paroles ? Faust, quant à lui, se releva et fit craquer ses doigts tout en s’étirant.

« Marchander cet enfant ? Voyons, Amshel. Même un sot comprendrai qu’il est plus important qu’il n’y paraît. Je préfère le conserver de mon côté, l’élever à ma manière, mais soyez en certain, vous n’en serez pas déçu, Chevalier. »

Et sur ces paroles énigmatiques, il attendit les réactions de Cymoril, décidé à n’agir qu’après celles-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cymoril
Furie originelle
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 33
Localisation : quelque part
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Mer 16 Juil - 13:29

Cymoril n'avait pas eu la moindre réaction lorsque Faust l'avait amenée jusqu'à lui, juste un bref glapissement de frayeur. Elle se contenta de regarder Amshell avec un regard meurtrier.
Ne comprenant plus ce qu'ils se disaient, elle ne s'alarma pas des paroles de Faust et glissa à ses pieds lorsqu'il la lâcha. Ce ne fut que lorsqu'il lui caressa la tête que les yeux de Cymoril s'éclaircirent revenant progressivement à leur gris habituel mais elle ne comprit pas davantage les quelques mots que Faust lui murmura. En revanche, elle fut sensible à la tension croissante entre Amshell et Faust. Identifiant clairement le second comme un ennemi, Cymoril se releva en s'agrippant malhabilement à Faust. Elle était néanmoins de plus en plus exténuée. Sa peau métallique redevenait par endroit une simple peau humaine. Elle chancela.
Néanmoins, l'Originelle se plaça aux côtés de son époux, faisant face au Chevalier dans un grognement sourd, toutes griffes déployées. Ce fut alors qu'une douleur fulgurante lui traversa l'abdomen. Cymoril se mit à trembler mais fit alors son premier effort conscient depuis un long moment. Elle tenta de surmonter cette douleur inconnue et de continuer à faire face à Amshell, redoutant de tourner le dos à un tel ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armada
Chyroptère Génétiquement Modifié
avatar

Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Sam 19 Juil - 4:58

En perçant l’abdomen d’Armada, Cymoril l’avait aussi profondément enfoncé dans le sol. Sa régénération s’effectuait, mais des fragments de pierres s’étaient enfoncés dans sa chair, la ralentissant anormalement. Il perdit quasi instantanément l’apparence de Faust car la maintenir lui demandait trop d’énergie. Surtout que Père était là. Armada se releva tant bien que mal, tandis que tout prenait feu autour de lui. Il était presque nu lorsqu’il rejoint Amshel. Seul sa taille semblait avoir été préservée. Il arracha d’un geste rageur les derniers vêtements de Faust qu’il portait et peu à peu sa physionomie changea. Des écailles noires recouvrirent son corps, son corps adopta un port plus reptilien. Ses yeux rouges se transformèrent en flammes pures. Il jeta un regard haineux à Faust et avança jusqu’à son Père puis apparu aux côtés de Cymoril. Il la saisit par les cheveux pour la ramener aux côtés d’Amshel en une fraction de seconde.

« Me voilà, Père. Excusez-moi pour le retard. »

Il sourit machiavéliquement et leva Cymoril en la tenant par la gorge, tandis qu’elle semblait saisie de contractions. Il darda une langue fourchue entre ses crocs et la monta encore plus, effleurant la barrière qu’avait instauré son enfant. Si il ne la frappait pas à cet endroit, ça irait, non ? Il serra un peu plus fort sa proie et sourit malicieusement à Faust, qui restait de marbre. Armada fut soudain prit d’un doute. Cela aurait du l’énerver ! Le faire enrager ! Mais rien, rien du tout. Était ce bien Faust qui lui faisait face. Il laissa Cymoril tomber au sol, sans se douter un instant qu’elle était en train de mettre son enfant au monde. Il lui écrasa la trachée de son pied.

« Et oui, c’est bien moi qui t’ai amenée ici. Ça fait quoi de m’avoir embrassé, hein ? Ha ha ha ha !! »

Lentement, le feu descendait le long du corps du mutant pour couler sur la gorge de Cymoril. Il pouvait bien la tuer maintenant, seul l’enfant comptait, non ? Et elle morte, cela ferait un ennemi de moins. Il jeta un regard à Amshel pour obtenir son autorisation, qui sait, peut être voulait-il faire quelques expériences sur cette maudite créature …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust
Doctor Johanes Faustus
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Sam 19 Juil - 4:59

Cymoril n’avait rien compris, pas étonnant vu la tête qu’elle faisait. Faust lui jeta un regard soucieux lorsqu’Armada apparu à côté d’elle pour la ramener aux côtés du Chevalier. Le Monarque soupira et avança d’un pas tranquille vers Armada.

« Tu n’as vraiment rien compris … Tu ne pourras jamais toucher l’enfant que tu le veuilles ou non. Il t’en empêchera lui-même. »

Il saisit Armada par le menton, nullement gêné par le feu, et le força à reculer. Il jeta un regard fatigué à Amshel et chargea Cymoril dans ses bras. Il posa une main inquiète sur son ventre et alla l’installer sur la table d’opération.

« Je crois qu’il est en train de venir. Amshel, si vous voulez bien venir m’aider à le mettre au monde. Vous devez bien avoir quelques notions dans ce domaine, non ? »

Il héla Armada et lui fit signe de se rapprocher.

« C’est dans notre intérêt à tous qu’il naisse en bonne santé, alors va me chercher une bassine d’eau chaude et des torchons. »

Le Monarque se tourna alors vers Cymoril. Il lui caressa doucement le visage, enlevant un peu de sang. Après tout, elle était aussi une Originelle alors leur enfant serait de souche pure. Un vrai Originel si ses parents n’avaient pas gagné de nouveaux pouvoirs. Ce qu’il serait, personne ne le savait, mais sa puissance était déjà évidente.

« Numéro 1, c’est bien ça, non ? Va me chercher quelque chose qu’elle puisse mordre ou serrer sans briser. Je pense que la douleur sera la même pour elle que pour un simple humaine … »

Sachant que le Corpse ne réagirait que devant les ordres d’Amshel, Faust demanda d’un coup de tête à celui-ci d’ordonner à Numéro 1 de s’exécuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amshell
Premier chevalier de Diva
avatar

Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Mar 22 Juil - 7:51

Amshell hésitait... Faust n'était pas si fou que cela et n'était pas prêt à laisser son enfant aux mains du chevalier, même si son comportement à l'égard de Cymoril avait indéniablement changé. Quoi qu'il en soit, le monarque souhaitait pour le moment la collaboration à la violence, et demandait d'ailleurs l'aide de Amshell et de ses sbires afin d'aider Cymoril à accoucher.
Bien que méfiant, le chevalier savait pourtant qu'il n'avait pas vraiment le choix si toutefois il voulait conserver l'espoir de récupérer l'enfant. Car, s'il n'aidait pas Faust, il risquait de tout perdre d'un coup.
Aussi, face à la demande du monarque concernant Numéro 1 et le fait qu'il doive chercher un morceau de torchon afin que Cymoril puisse mordre dedans en cas de douleur trop forte, Amshell réagit en ordonnant au néo Corps d'aller chercher le nécessaire. Et il fit de même avec Armada.


"Bien... Je veux bien aider ta compagne à mettre bas. Mais je souhaite... examiner l'enfant à sa naissance. Je ne lui ferai bien sûr aucun mal. Et je te conseille également de rester tranquille durant toute l'opération.
Armada et Numéro 1 sauront te maitriser en cas de besoin..."


Attendant toujours l'accord de Faust, Amshell commença par attacher solidement Cymoril à son siège à l'aide de sangles épaisses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cymoril
Furie originelle
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 33
Localisation : quelque part
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Ven 25 Juil - 5:17

Son instinct avertit Cymoril de ce qui était en train de se passer. Elle allait donner naissance à son petit et cela sembla sonner comme une trêve entre les différents protagonistes de cette charmante réunion. Elle laissa Faust l'allonger sur la table des opérations même si confusément, elle haïssait ce endroit. Mais lorsque Amshell lui mit un bout de torchon sale dans la bouche, elle le lui recracha à la figure, les yeux fous.
Ses mains se nouèrent autour des bords métalliques de la table et, sous l'emprise de la douleur, elle entreprit de les tordre comme s'il s'agissait de morceaux de carton. Ses entraves cédèrent de la même façon, ne résistant pas à ses convulsions de Monarque.
Les hurlements de Cymoril commencèrent à remplir la pièce mais son regard se posa sur Faust, le suppliant de l'aider, le reconnaissant presque.
Un instant, plus tard, un second cri s'éleva dans la pièce close...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust
Doctor Johanes Faustus
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Lun 28 Juil - 12:00

Le Monarque haussa les épaules. Il écarta de force les jambes de Cymoril et se retroussa les jambes. Il jeta un regard soupçonneux au Chevalier puis saisit le torchon que lui donna le Corpse avant de le donner à Cymoril. Celle-ci le saisit entre deux gémissements.

« Amshel. Que ce soit clair. J’ai tout à fait les moyens de m’enfuir sans que tu puisses voir l’enfant. Si tu l’examine, j’exige que tu nous laisse partir ensuite, tous. C’est-à-dire lui, Cymoril et moi sans qu’on nous fasse aucun mal, compris ? Armada et numéro 1 pourraient m’empêcher de te nuire, mais pas de m’échapper. »

Faust se reconcentra alors sur l’accouchement, encourageant la jeune femme d’une voix douce. Il accueillit l’enfant avec plus de facilité qu’il ne l’aurait cru et l’enveloppa dans un torchon que les sous-fifre du Chevalier avaient apporté. Cependant, quelque chose contrariait le Monarque. L’enfant ne possédait ni crocs, ni yeux rouges. Il semblait … on ne peut plus normal. Qu’était-ce donc que cette créature ? A moins qu’il ait déjà une volonté propre ? Ce serait terriblement dangereux, et excitant à la fois. Tandis que, sans pouvoir s’empêcher de sourire, Faust apportait l’enfant à sa mère, celui-ci commençait déjà à gazouiller, allant même jusqu’à sourire à son père. La seconde personnalité de celui-ci reprenait peu à peu le dessus, et cela peut être au plus mauvais moment.

« Tiens, Cymoril. Regarde ton fils. »

Le Monarque souriait en donnant son enfant à la jeune femme lorsqu’un second cri se fit entendre. Faust sursauta et abandonna l’enfant à Cymoril qui venait de lâcher un ultime cri de douleur. Il se précipita vers son second enfant et acheva de le mettre au monde. Un fille. Yeux vermeils et crocs proéminents, une vraie originelle en apparence. Inquiétant et rassurant à la fois. Déjà les yeux ouverts … et la bouche criant famine. Il jeta un regard à Amshel puis il emmaillota sa fille comme son fils avant de la donner à son tour à Cymoril. Il embrassa la jeune femme sur le front, espérant qu’elle reprenne au plus vite ses esprits. Faust se tourna alors vers le Chevalier, en s’éloignant de quelques pas de sa femme.

« Des jumeaux … Je ne pense pas que vous pourrez les approcher d’avantage. Leur protection est toujours aussi efficace. Cependant, Amshel, vous, et vous seul pourrez les approcher. Mais prenez garde à ne pas vous faire tuer. Ah ah ah !!

Et prenez aussi garde à respecter votre promesse … »

Faust était néanmoins soucieux. Il n’avait senti qu’une seule présence dans le ventre de Cymoril. Et maintenant que les enfants étaient nés. Il n’en sentait toujours qu’une … Il y avait fort à parier que la puissance de leur progéniture tenait surtout dans leur dualité … De vrais faux jumeaux en somme …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amshell
Premier chevalier de Diva
avatar

Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Lun 11 Aoû - 0:38

Amshell ne fit rien pour contrecarrer l'accouchement de Cymoril. Il promit à Faust de ne rien faire afin d'apaiser le monarque et le laissa faire. Il fit signe à Armada et à Numéro 1 de se tenir prêts au cas où et assista ensuite à la venue de l'enfant, ou du moins du premier enfant... Et sur ce fait, Amshell fut aussi surpris que Faust! Il était impensable que Cymoril mette bas à des jumeaux!
Cependant, cette surprise n'était pas pour déplaire au chevalier... S'il arrivait à mettre la main sur ces deux bambins, la puissance de la future armée de Diva serait indéniable!

Néanmoins, Faust l'avait prévenu, il n'aurait aucun mal à s'échapper du laboratoire et Amshell était surveillé, d'autant plus que le monarque avait accepté de lui laisser un peu de temps pour examiner un des deux enfants. Et à choisir, Amshell savait lequel il prendrait... Le moins dangereux pour lui était le deuxième enfant né dont personne n'avait ressenti la présence et dont la véritable puissance restait encore à découvrir.


"Très bien, je souhaite donc observer quelques minutes ton deuxième enfant Faust."

L'observer et l'emporter avec lui! Car Amshell n'avait aucune intention de rendre ensuite l'enfant à Faust. Il savait exactement ce qu'il avait à faire et Armada ainsi que Numéro 1 comprendront certainement son geste..., si du moins ils s'en sortaient!
Aussi, à peine eut-il le bébé entre les mains qu'il le serra et sortit en trombe du laboratoire. Il tenait au même moment une sorte de télécommande... commandant les nombreux dispositifs d'explosif qu'il avait placé un peu partout. Sans l'ombre d'une hésitation, le chevalier appuya sur le bouton et fit tout sauter. Il réussit à quitter la demeure sans encombres et observa la scène depuis une ruelle voisine.

Il imaginait bien que Faust s'en était tiré et avait tout fait pour sauver sa famille mais au moins, cela lui avait permis de mettre les voiles en kidnappant un des jumeaux!
Il observa d'ailleurs ce dernier qui étrangement, ne pleurait pas.


"Alors mon petit, content d'être avec papa? Héhéhé..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust
Doctor Johanes Faustus
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Jeu 25 Sep - 16:23

Enfoiré d’Amshel ! Non, c’était prévisible … Seul le fait qu’il ait des jumeaux ne l’était pas. L’élément qui avait chamboulé son plan ! S’il n’y avait eut qu’un seul enfant, Faust aurait pu le protéger et l’emporter comme bon lui semblait, mais que pouvait-il faire avec sa fille dans les bras? À part la protéger de son mieux, elle et sa femme, rien d’autre. Et cela le faisait enrager. Il avait essuyé l’explosion et s’était enfui sans problèmes mais il avait perdu un de ses enfants. Que faire dans l’heure actuelle ? Protéger Cymoril et sa fille ou se ruer à la poursuite de son jumeau ? Cette indécision faillit lui coûter la vie car au moment où il tourna le dos à la demeure en ruine, une gerbe de flamme vint lui frôler le dos et s’écraser sur la route, creusant un profond sillon de goudron fondu. Il comprit le message, et vu l’état de sa famille, il préféra les saisir dans ses bras et disparaître dans une aura bleuté. Armada s’était réveillé et leur barrait à présent le chemin … Il valait mieux se replier vu la faiblesse de Cymoril. Il serra soigneusement sa fille contre lui puis disparu dans l’ombre des ruelles de Toulouse. Il savait où aller … et il ne quitterait pas la ville pour autant, de manière à pouvoir repartir à la recherche de son fils le plus tôt possible !

Quelques heures plus tard, aux abords de la ville rose, Faust portait d’un pas nonchalant son épouse dans ses bras. Et sa fille dans les bras de sa femme. Il s’arrêta après quelques minutes devant une grille en fer forgé d’où on apercevait une maison délabrée. Il sauta par-dessus le muret dont la taille variait par endroit et entama de zigzaguer entre les plantes qui avaient pris possession de l’allée en graviers blancs. La porte semblait tenir sur ses gonds, mais il la poussa tout de même précautionneusement … Il s’avança jusqu’à une pièce où un vieux sommier résidait. Il saisit d’une main le matelas qui siégeait par terre puis le recouvrit du linge dont était enveloppée Cymoril. Il l’installa dessus, et entrepris de la couvrir avec sa propre veste.

« Reste là, mon aimée, je vais nous chercher de quoi nous restaurer … rapidement. »

Il lui jeta un regard entendu, sachant très bien que le sang humain ne siérait pas à son alimentation, mais la lueur qui commençait à s’éveiller au fond des yeux de sa femme l’inquiétait au plus haut point. Encore quelques heures et elle se nourrirait d’humains, qu’elle le veuille ou non. Il lui vola un baiser puis disparu dans les ténèbres de la maison abandonnée. S’ensuivit alors un grand fracas, plusieurs coups de feu, et le Monarque réapparu, trainant un homme par le col. Celui tenait encore son arme dans les mains, mais sa nuque décrivait un angle anormal. Il le traina jusqu’à Cymoril et s’affala à côté d’elle sur une chaise dépareillée. Il évita de s’appuyer sur l’armoire branlante, et se pencha pour déposer un baiser sur la joue de sa femme sans briser la chaise.

« Comment te sens-tu ? Je … Nourris-toi, tu as besoin de reprendre des forces, je dois partir, et vite. JE préfères te savoir capable de défendre notre fille, mon aimée … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pnaty
Schiff
avatar

Nombre de messages : 197
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Mer 8 Oct - 5:21

Pnaty et Night avaient finis par arriver à Toulouse, en suivant les auras de Numero 1 et de Faust. Cependant leurs vitesse limitée ne leur permirent pas d'arriver à temps. Alors qu'ils s'approchaient du lieu ou toutes les aura convergeaient, une enorme explosion se fit entendre, et toutes les auras commencerent à se disperser.

Pnaty put les analyser. Celle d'Amshell s'eloigna très vite, emportant avec lui un être que Pnaty ne connaissait pas, bien que son aura lui semblait familiere. Il fut rapidement suivit par l'aura d'Armada. L'aura de Faust et de Cymoril s'eloigna dans une autre direction, emportant avec eux une autre creature inconue de Pnaty. Seule l'aura de l'etrange être qui s'apparentait à un Corpse était restée dans les decombres. Cette dernière était très faible, mais l'être était en tout cas encore en vie.

De toute evidence, poursuivre Amshell et Armada serait inutile. Les deux pouvaient voler, et ne pouvaient pas être poursuivit par deux êtres à pieds. Cymoril et Faust ne representant plus rien aux yeux de Pnaty depuis leur "trahison", il decida alors que chercher dans les decombres à la recherche du Corps restait la seule solution afin de se rapprocher d'Amshell. Après tout en le faisant parlé, peut être que ce dernier pourrait leur donner la prochaine destination du Chevalier.

Autour des decombres, beaucoup d'humains avaient commencer à s'attrouper. Des policier, pompiers avaient encerclé les debris, autour desquels journalistes et temoins curieux venaient egalement s'attrouper. Pour Pnaty, l fallait à tout prix recuperer le Corpse avant que les humains ne rentrent en contact avec lui.

Utilisant ses mouvements rapides et sans se préocuper d'être vu par des humains, Pnaty fonça à travers les debris. Alors que de nombreux policiers le menaçaient de leurs armes, Pnaty reussi à disparaitre de leur vue en plongeant directement à l'interieur des ruines. Creusant alors en soulevant des morceaux de pierre entourant l'aura du Corpse, Pnaty finit par l'atteindre. Ce dernier avait apparament été completement ecrasé, mais vivait toujours. Le soulevant sans se préocuper des eventuels dégats qu'il pouvait subir, Pnaty l'emporta rapidement en evitant à nouveaux les humains lui demandant de decliner son identité.

S'éloignant du lieu, Pnaty s'adressa alors à Night.


"Le Bouclier Rouge n'aurait pas des bureaux dans le coin par hasard?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cymoril
Furie originelle
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 33
Localisation : quelque part
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Mer 5 Nov - 13:36

Cymoril poussa un gémissement pitoyable. Elle ressentait l'absence de son fils et le pleurait sans pouvoir exprimer sa tristesse. De grosses larmes noyèrent ses yeux gris et tombèrent sur l'autre nouveau-né, sa fille. La petite se mit alors à brailler, ses yeux rouges luisant de faim et ses petits crocs déployés. Une Chyroptérienne miniature.
Lorsque Faust revint avec l'homme, elle le laissa l'embrasser, puis déposa leur fille sur les genoux de son aimé. Se traînant jusqu'au cadavre encore chaud, elle planta ses crocs dans sa jugulaire et commença à boire avec avidité. Cela aussi, elle l'avait oublié.
Néanmoins, elle percevait la faim de sa fille. Elle continua de boire encore et encore jusqu'à être parfaitement rassasiée puis revint vers la petite créature qui hurlait toujours. Entaillant son poignet d'un coup de dent, elle fit ruisseler un filet de sang dans sa bouche. L'enfant se tut pour se mettre à avaler avec la même avidité qu'avait eu sa mère puis s'endormit peu après. Les yeux de Cymoril semblèrent étinceler d'un sombre sourire puis revinrent se poser sur Faust. Eut-elle été encore capable de parler, elle l'aurait supplié de trouver leur fils, de remuer ciel et terre pour l'arracher aux griffes d'Amshell ... Elle ne serait jamais capable de comprendre ce qui s'était joué dans le sous-sol de la fausse demeure de Faust. Elle ne pouvait parler, ni même comprendre notions et idées, elle se contentait de ressentir et de réagir en fonction.
Quelques larmes roulèrent encore sur ses joues puis elle revint se blottir sur le vieux matelas, abritant leur fille dans le creux de ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust
Doctor Johanes Faustus
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Sam 15 Nov - 18:35

Faust attendit que Cymoril se soit repue avant de toucher du bout des doigts sa fille. Elle possédait les yeux de sa mère, constata-t-il avec un sourire mélancolique. Le Monarque réprima un frémissement. La rage du tour que lui avait joué Amshel le mettait hors de lui. Tout comme les accès qui le prenait dès qu'il usait de ses pouvoirs antérieurs. Pourquoi diable avait-il prit le risque de laisser sa puissance monter à la tête de celui qu'il était, avant. Il était trop près d'être en paix pour tout laisser tomber maintenant.

"Armada avait pris ma place ..." articula le Monarque difficilement.

Il jeta un regard chargé de mélancolie sur sa femme, blessé de n'a voir pu lui épargner cela. Ils avaient été, encore une fois, à deux doigts d'échapper à leurs tortionnaires et la malchance s'en était mêlée. Faust écarta une mèche des yeux de Cymoril puis il l'amena contre lui. Il lui baisa le front et la berça tout doucement pour la réconforter.

"Je retrouverai notre fils, quoi qu'il m'en coûte. Et je tuerai Amshel pour ça. Et Armada, je les tuerai tous. Nous partirons tous les quatre, vivre ensemble, loin de tout ça ..."

Il avait voulu dans un premier temps rassurer sa femme, mais il se parlait plus pour lui même qu'autre chose. Il n'avait aucun moyen pour trouver les ravisseurs de son enfant, et cela le mettait en rage. Tant d'années, tant de pouvoirs et tant d'impuissance ! Tout cela le mettait en rogne, mais il ne pouvait pas ne penser qu'à lui, son épouse passait avant tout ... et sa fille. Il le serra toutes deux contre son épaule, réprimant les larmes qui lui piquaient les yeux.

"Cymry, je t'en prie, réponds moi. Moi aussi ... j'ai besoin de toi."

Il l'embrassa de nouveau, mais sur le sommet du crâne tout en la berçant. Le Monarque caressa tendrement l'épaule de sa femme tout en fixant le vide de la chambre où ils se trouvaient à présent. Il devait trouver un meilleur endroit pour sa famille, mais où aller ? Et comment retrouver son fils, maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cymoril
Furie originelle
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 33
Localisation : quelque part
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Ven 12 Déc - 14:59

Cymoril fut, à sa manière, sensible à la tendresse de son époux. Elle s'apaisa, fermant les yeux, et sombra dans un lourd sommeil.

Il était une fois une belle demoiselle, fille d'un petit seigneur normand. Elle était choyée, privilégiée, maîtrisant un petit pouvoir qui n'avait plus lieu d'être. A la réflexion, son père avait toujours dû savoir à quoi s'en tenir sur sa fille. Il lui faisait manger de la viande crue, saignante au possible, arguant que cela n'en serait que meilleur pour sa santé. Avait-il eu connaissance des Originels ? Savait-il que spontanément des Chyroptères pouvaient naître chez des humains ? Il lui avait également appris le maniement des armes avec un rare bonheur, ne tenant pas compte de ce qui était bon pour une demoiselle à cette époque, sachant déjà qu'elle devrait se défendre seule dans un monde impitoyable, pourchassée par l'Eglise comme un démon infernal. Jamais la demoiselle ne s'était posée la moindre question.
La seule erreur de cet homme admirable avait été de vouloir distraire sa fille. Oh oui, il les avait distraits. Jamais elle n'avait entendu de voix si enchanteresse et pour cause... La demoiselle était tombée immédiatement amoureuse de lui. Et lorsque, la nuit venue, il s'était introduit dans sa chambre et s'était penché sur elle pour l'embrasser, elle avait cru en défaillir d'émotion. Il fredonnait une étrange mélodie. Elle avait été plongée dans une épaisse torpeur, sentant une vive douleur au cou.
Après cela, après cela....
La demoiselle avait repris connaissance dans un manoir peuplé de cadavres, couverte de sang. Juste avant de mourir, le chapelain lui avait dit ce qu'elle avait fait, l'abreuvant de malédictions. Jamais la demoiselle ne s'en était remise. Elle avait durement appris ce qu'elle était, ce qu'étaient les Chyroptères et les Originels. Elle n'avait jamais retrouvé le barde malgré sa haine et sa soif de vengeance. Elle avait perdu sa trace alors qu'il venait de s'embarquer pour le Japon. Jamais elle n'avait quitté l'Europe.
Et la demoiselle avait erré de siècles en siècles, attendant encore et encore. Elle avait cru trouver ce qu'elle cherchait en rencontrant le Chevalier mais c'était le Monarque qui avait su l'aimer et ne pas l'abandonner. Et deux enfants leur étaient nés.
Et un leur avait été enlevé.

Les yeux de Cymoril s'ouvrirent sur un rouge écarlate. Une nouvelle fois, des tréfonds de son âme, elle retrouvait son identité. Cela ne se reproduirait plus, elle en mourrait la prochaine fois. Ses pensées étaient lentes, confuses, à la limite de l'incohérence...
Mais elle reconnut son époux, les yeux dans le vide, l'image-même de l'abattement.
Elle se concentra, cherchant, se concentrant :
- Faust, croassa-t-elle d'une voix rauque.
Elle poursuivit avec difficulté :
- Je suis revenue...
Tout continuait à se mélanger. Elle avait pourtant tant de choses à lui dire :
- Mon...aimé. Nous devons le retrouver... Mettre notre fille...en sécurité... Bouclier... Leur donner noms... Tellement navrée...
Elle se tut, incapable de continuer, claquant la langue avec exaspération. Il faudrait des jours avant qu'elle n'émerge de ce brouillard. Malheureusement, ils étaient loin d'avoir des jours à leur disposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Night
Agent du Losange Bleu
avatar

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Jeu 18 Déc - 9:38

Aussi discret que son accolyte, Night avait suivit Pnaty dans les décombres de l'ex demeure de Faust où le Shiff avait ressenti la présence d'une créature à demi morte: Numéro 1.
Ayant dégagé le corps inanimé du Corpse des tonnes de pierre sous lequel il se trouvait, Pnaty et Night quittèrent alors rapidement la bâtisse et gagnèrent une rue isolée dans laquelle le Shiff demanda à son compagnon s'il connaissait un quelconque bureau du Bouclier Rouge dans lequel ils pourraient se réfugier et apporter leur prise.


"Le Bouclier Rouge possède en effet un centre de recherche dans les environs. Il n'est qu'à quelques rue d'ici si ma mémoire est bonne. Viens, suis-moi."

Tout en sachant que Numéro 1 pouvait rendre son dernier souffle d'un instant à l'autre, Night dû se déplacer aussi rapidement qu'il le put.
Finalement, il atteint les grilles d'entrées du centre de recherche du Bouclier Rouge, solidement gardées comme d'habitude. Ne pouvant se permettre de perdre du temps en bavardage, Night utilisa ses capacités de chyroptéra pour mettre hors d'état de nuire les gardes et pénétra dans l'enceinte.
De mémoire, il se dirigea immédiatement vers le bureau du directeur, força la porte et entra, Pnaty toujours sur ses talons.


"Qu-Qu'est-ce que?! Sécurité!"

"Vous devriez attendre nos explications avant de faire cela monsieur. Pnaty, montre lui ce que nous apportons."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pnaty
Schiff
avatar

Nombre de messages : 197
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Ven 30 Jan - 11:16

Pnaty montra de manière evidente le corps du CORPSE.

"Il s'agit d'un ennemi qui s'est retrouvé miraculeusent inanimé. Je pense que le Bouclier Rouge serait interressé de savoir ce qu'il sait sur Amshell et Diva... Mais vu son état je ne sais pas s'il survivra. Nous avons besoin de votre materiel pour le sauver, et surtout pour pouvoir le retenir à son reveil. Il est plutot puissant..."

Devant la tête du gardien, Pnaty compris que ce ne serait probablement pas suffisant. Après tous, voir un Schiff et un autre chyroptere non membres officiel du Bouclier Rouge tentant de faire soigner une créature encore plus effrayante qu'eux deux réunis ne devait pas être pour le gardien une situation habituelle. Pnaty se precipita alors de rajouter:

"Contactez Teabing si mon histoire ne vous convainc pas. Mais faites vite je vous prie..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Night
Agent du Losange Bleu
avatar

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Lun 2 Fév - 10:42

Malgré les explications de Pnaty au directeur de l'agence, celui-ci paraissait toujours aussi perplexe et sur ses gardes. Aprés tout, cela était compréhensible quand on sait de quelle façon Pnaty et Night avaient pénétré dans ses locaux et ce qu'ils ramenaient avec eux. Pourtant, il fallait à tous prix convaincre l'homme.
Mâchoires crispées, celui-ci écouta d'une oreille distraite Pnaty tout en gardant les yeux braqués sur Numéro 1. Lorsqu'enfin, le Shiff mentionna Teabing, le directeur de l'agence écarquilla les yeux et appuya résolument sur le bouton sous son bureau déclenchant l'alarme de sécurité.
Le système était d'ailleurs au point car presque aussitôt, plusieurs hommes armés entrèrent avec précipitation dans le bureau et encerclèrent les deux chyroptères.


"Teabing?! Comment connaissez-vous son nom?! Vous voulez attenter à sa vie, avouez!"

"Non, attendez!"

Ce fut alors au tour de Night d'intervenir. Fouillant rapidement dans son veston, il en sortit une plaque qu'il posa sur le bureau du directeur.

"Reconnaissez-vous ceci? Nous sommes des vôtres, il faut nous croire."

Examinant rapidement la plaque que lui avait tendu Night, l'homme releva ensuite lentement la tête. Il avait abandonné son ton menaçant mais sa méfiance n'avait manifestement pas disparu.

"Le losange bleu? Je croyais cette organisation dissoute depuis longtemps."

"En effet, tout cela à cause d'un traître. Mais j'ai aujourd'hui le sentiment que l'avenir de ce monde n'a jamais été aussi menacé. C'est pourquoi, j'ai décidé d'agir de nouveau sous cette étiquette. Mon ami et moi vous rapportons une créature créée par Amshell lui-même! Elle est mourrante comme vous le voyiez alors ne perdez pas une seconde, contactez Teabing et mettez-le au courant de la situation!"

Un bref moment d'hésitation plus tard, l'homme acquiesça et composa un numéro. Il fit alors un rapide compte rendu à Teabing et finit par tendre le téléphone à Pnaty.

"Il souhaite vous parler avant de vous donner carte blanche. Il veut savoir qui vous êtes et quelles sont vos motivations. Teabing n'a jamais eu de schiffs au sein du Bouclier Rouge...
Nous allons transférer en attendant la créature dans nos labos."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pnaty
Schiff
avatar

Nombre de messages : 197
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Lun 2 Fév - 11:26

Pnaty saisit le telephone. Etait il possible que Teabing ai déjà oublié leur rencontre quelques temps auparavant? Non, ça devait surement être une verification classique. Après tout, Pnaty n'était pas le seul schiff, et même s'il faisait confiance à ses freres, il savait que certains d'entre eux consideraient le Bouclier Rouge comme leur ennemis. Il avait même rencontré un Schiff completement fou, Morio Toki, il etait donc compréhensible que le directeur du Bouclier Rouge soit prudent...

"Monsieur Teabing, ici Pnaty. Comme convenu, nous avons Night et moi poursuivit Amshell et ses sbires. Nous avons réussi à capturer l'un d'entre eux, à priori un Corpse Corp modifié. Je pense que l'étude de cet être vous permettra de determiner le niveau de puissance des créatures qu'Amshell est capable de creer... Qui plus est, nous devrions pouvoir le faire parler sur l'endroit ou Amshell se trouve actuellement.

J'aimerai de plus savoir trois choses: Ou en sont vos équipes qui recherchaient Amshell en Asie? Et comment se porte Eirin? Est elle sortie de son coma? Et enfin, comptez vous dire à vos homme que je travaille pour vous depuis quelques temps, afin qu'ils ne me voient plus comme une menace?"

Pnaty commençait à se demander si Teabing ne s'était pas servi de lui. Après tout, il lui suffirait de demander à ses hommes de le capturer pour que Pnaty se retrouve en situation delicates. Bien qu'il puisse s'echapper face à quelques humains, la situation pourrait être completement differente si Night se dressait contre lui...

La paranoia que le Schiff avait acquise depuis la trahison de Cymoril semblait desormais s'installer chez toutes les rencontres qu'il faisait... Se pourrait il qu'il ne puisse réélement faire confiance qu'à des Schiffs?


[HRP: petit rappel: http://dark-blood.forumpro.fr/qg-des-boucliers-rouges-f9/arrivee-inattendu-t748.htm ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Night
Agent du Losange Bleu
avatar

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Sam 7 Fév - 13:27

Attentif, Teabing écouta tout ce que Pnaty avait à lui dire avant de réagir. Lorsque le schiff eut fini son compte rendu et eut posé toutes les questions qu'il souhaitait confier au directeur général du Bouclier Rouge, ce dernier intervint d'une voix posée. Il tenait avant tout à s'excuser auprès de Pnaty.

"Pnaty, je suis heureux de constater que vous avez mener votre mission à bien. Si je n'ai pas parlé de vous aux autres dirigeants du Bouclier Rouge, c'était parce que notre alliance était tout récente et que je ne savais pas si vous parviendrez jusqu'au bout ou si vous abandonneriez en cours de route. Car vous le savez, nous courrons tous de grands dangers en nous dressant contre Diva et Amshell. Ceci étant, je sais désormais que je peux placer ma totale confiance en vous.
Pour répondre à vos autres interrogations, mon équipe chargée de rechercher Amshell a bien découvert la planque de celui-ci au Vietnam mais trop tard. Le chevalier et le ou les personnes qui l'accompagnaient avaient déjà disparu. Il semblerait que notre scientifique Vincente Leto était également gardé en ces lieux mais l'équipe a semble-t-il perdu sa trace. Je n'ai pas encore reçu de rapport complet à ce sujet.
Pnaty..., en ce qui concerne Eirin. Nous avons fait tout notre possible pour elle mais il y a quelques heures, son état s'est soudainement dégradée et nous n'avons pu que constater son décès... Je suis désolé.

Hum..., en ce qui concerne le Corpse Corp modifié que vous avez récupéré, c'est une chance inouïe! Je me demande pourquoi Amshell a laissé sur place une telle créature. Mais si vous ne parvenez pas à le faire parler, comment comptez-vous vous y prendre pour retrouver les traces du chevalier et de ses sbires?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pnaty
Schiff
avatar

Nombre de messages : 197
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   Dim 22 Fév - 13:42

Pnaty resta sous le choc. Eirin était morte? Cela semblait etrange... Dès qu'il l'avait rencontré, Pnaty avait senti en elle une aura de sagesse, qu'on aurait imaginé ressentir auprès d'une personne ancienne. Il ne faisait aucun doute qu'Eirin avait vecu enormement et appartenait à une race de Chyroptere speciale. Une creature si ancienne pouvait elle mourir, comme ça?

Il était vrai qu'elle était apparue mal en point à Pnaty lorsqu'elle s'était effondrée, mais il avait plus pensé à un coma semblable au sommeil des reines qu'à une fin de vie. Tous ça paraissait louche...

La paranoia commença de nouveau à envahir Pnaty. Et si le Bouclier Rouge l'avait tuée? Non, sa n'aurait pas de sens, ils ne l'auraient pas annoncé comme ça à Pnaty... Et si ils avaient fait des experiences sur elle qui l'ai conduit à la mort? Cela était probable, après tout le but du Bouclier Rouge n'était il pas d'exterminer les chyropteres? Faire des experience sur l'un des plus puissant d'entre eux pouvait constituer une avancée sur l'elimination de cette race... Et si elle n'était pas morte, mais qu'elle subissait à l'heur actuelle des experiences, et que l'annonce de sa mort n'avait que pour but d'eloigner Pnaty afin qu'il ne se préocupe plus d'elle?

Quoi qu'il en soit, Pnaty decida de ne rien laisser paraitre au telephone. Si sa mefiance était perceptible, peu être que le Bouclier Rouge l'eliminerais plus tot que prevu dans leurs plans sournois...


"Erin est morte? Quelle tragedie... Enfin, je suppose qu'il n'y avait rien à faire pour elle...

Concernant cette créature, je ne pense pas être vraiment utile pour la faire parler, et je n'ai à vrai dire aucun plan concernant Amshell. Je vais avoir besoin de temps pour y reflechir. Contactez moi si vous avez du nouveau..."

Pnaty rendit alors le telephone au garde. Puis, en regardant tout le monde, en particulier Night, il lança:

"Bonne chance pour ce qui sera de faire parler ce type. Nous nous reverrons probablement prochainement, dès que vous aurez du nouveau. Sur ce..."

Pnaty disparut alors de la vue de tout le monde en lançant une trace bleu. Quelques minutes plus tard, il était déjà loin d'ici. En direction de Paris pour essayer d'éclaircir certains points sur le Bouclier Rouge...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ah, Toulouse ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ah, Toulouse ...
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight Destiny :: France :: Campagne-
Sauter vers: